Accueil du site

Filières de traitement des Déchets Dangereux (DD)

En 2018, 463 000 tonnes de déchets dangereux collectés en région (tous producteurs confondus) sont traités en France et à l'étranger (hors inbstallations de transit), 60 % sur des installations de la région.

Hors transit, 54 % des déchets dangereux collectés en région sont valorisés (39 % par valorisation matière et organique) :

Mais les filières de traitement varient fortement en fonction des types de déchets dangereux :

Par exemple, les piles /accumulateurs et DEEE sont très largement recyclés, tandis que les déchets d'activités de soins et les solvants usés sont majoritairement valorisés énergétiquement. Les déchets amiantés sont quasiment intégralement stockés.

67 % des déchets dangereux collectés en région sont traités sur le territoire régional. Si l'on considère l'Installation de Stockage de Déchets Dangereux (ISDD) de Bellagarde (Gard) comme étant à proximité directe de la frontière régionale, la part de déchets dangereux collectés en région et traités en région ou à proximité directe s'élève à 88 %.

Moins d'1 % des déchets dangereux collectés est traité à l'étranger (6 pays étrangers). Les installations de 27 régions en France métropolitaine ont été sollicitées pour le traitement des déchets dangereux collectés en région. Trois régions (la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie) ont traité 93 % des déchets dangereux produits sur notre territoire.

Les installations régionales de traitement de déchets dangereux ont traité 414 000 tonnes de déchets dangereux. 67 % des déchets dangereux entrants sur ces installations proviennent de la région, 6 % proviennent de l'étranger.

63 % des déchets dangereux traités sur les installations régionales sont envoyés vers les 6 principales installations de traitement-valorisation, toutes implantées dans les Bouches-du-Rhône.

Les installations régionales ont principalement traité les déchets contenant des hydrocarbures, des déchets de préparations chimiques, des boues, dépôts et résidus chimiques, ou encore des DEEE (représentant au total 65 % des tonnages entrants).

En 2018, les installations régionales ont permis de valoriser en matière 26 % des tonnages entrants :

retour en haut