Accueil du site

Installations de traitement des DMA

152 installations de gestion des déchets implantées en région et 34 hors région, utilisées pour le traitement des DMA en 2019

Au total, les 152 sites régionaux ont réceptionné 6,4 millions de tonnes de déchets, dont 20 % sont des déchets d'activités économiques (DAE) non collectés par le service public.

Une grande proportion de ces déchets sont envoyés en stockage :

Hors transit, 52 % des tonnages réceptionnés sur ces installations sont stockés ou incinérés.

​​​​​​​Centres de tri des déchets ménagers et assimilés (DMA) et déchets d'activités économiques (DAE) :

Sur les 25 centres de tri régionaux, 12 accueillent uniquement des encombrants et des déchets d'activités économiques (DAE) non dangereux. 9 centres sont également en capacité de recevoir des déchets inertes du BTP.

En 2019, les centres de tri de la région ont réceptionné 1 228 000 tonnes, pour une capacité réglementaire de 1,6 millions de tonnes.

52 % des déchets reçus sont identifiés comme déchets d'activirés économiues (DAE).

Centres de tri mécano-biologique (TMB) :

Il en existe 2 sur la région ; un 3ème hors région est également utilisé (Gard).

466 000 tonnes de déchets produits en région sont accueillies sur ces 3 sites (dont  environ16 000 tonnes sur l'installation gardoise).

Unités de valorisation organique (UVO) :

34 plateformes de compostage sont actives sur la région en 2019. 

Il convient de distinguer d’une part, 33 plateformes de compostage et d’autre part 1 unité de méthanisation-compostage (couplée au centre de tri mécano-biologique de Fos-sur-Mer). 12 d'entre elles acceptent les boues issues de stations de traitement des eaux usées. 648 000 tonnes ont été accueillies sur ces sites de traitement, qui offrent une capacité réglementaire proche de 977 000 tonnes.

15 % des déchets entrants sur les UVO de la région sont identifiés comme déchets d'activités économiques (DAE).

Ces sites ont permis de valoriser plus de 245 000 tonnes de compost.

Unités de valorisation énergétique (UVE) :

5 unités sont en activités sur la région. 4 d'entre elles sont autorisées à recevoir des déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI).

Ces 5 sites de traitement ont réceptionné 1 334 000 tonnes de déchets pour une capacité réglementaire de 1 421 000 tonnes (taux d'utilisation proche de 94 %).

6 % des déchets entrants sont identifiés comme déchets d'activités économiques (DAE).

3 plateformes de maturation des mâchefers sont présentes en région. Elles ont permis la valorisation de 316 000 tonnes de mâchefers.

Installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND) :

Il en existe 14 en région, qui ont accueillis 1 200 000 tonnes pour une capacité réglementaire de 1,5 millions de tonnes. 5 ISDND hors région sont également utilisées (Gard et Drôme). 31 % des tonnages enfouis en région sont identifiés comme déchets d'activités économiques (DAE).

En 2019, la diminution des tonnages de déchets stockés en ISDND est très marquée (- 17 % en un an et - 29 % par rapport à l’année 2015).

Cette diminution s’explique essentiellement par le recul du tonnage d’OMr et de mâchefers stockés. 

En revanche, la diminution des flux d’encombrants et de déchets résiduels d’activités économiques stockés est compensée par un tonnage de refus de tri stockés en très forte hausse.

Flux interrégionaux :

Les installations régionales ont accueillis 136 000 tonnes de déchets issus d'autres régions, dont 35 000 tonnes identifiées comme déchets d'activités économiques (DAE).

Parallèlement la région a exporté 268 000 tonnes de déchets pour traitement hors région.

retour en haut